Kozeries en dilettante

blog garanti sans ligne éditoriale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 28 juin 2013

Des hommes, des femmes et des triangles (1)

Entre mes quinze et vingt-cinq ans, je me suis beaucoup investie dans le militantisme, notamment le féminisme. Cette question et l’apparition du SIDA m’ont également fait m’intéresser aux mouvements de revendication des homosexuels. Sans quitter les convictions qui m’avaient portée, j’ai pris des distances avec ces groupes, peut-être un peu parce que je m’étais «rangée» mais surtout parce que nous dépensions bien plus d’énergie à nous battre entre nous qu’à faire avancer le schmilblick commun et que cela m’attristait beaucoup. J’ai donc continué à faire ma chieuse dans mon entourage personnel et professionnel (parfois ici) mais sans m’intéresser plus que ça à la vie des idées de celles et ceux qui étaient restées au front et les générations qui nous avaient succédé.

À la faveur de la sérendipité des liens de Twitter et de mes abonnements aux comptes de féministes actives ou de militants LGBT, j’ai découvert que les idées avaient continué à avancer sans moi (incroyable mais vrai). J’ai été tout d’abord larguée par tout un lexique nouveau, reflétant autant de préoccupations sinon nouvelles du moins au sujet desquelles la réflexion avait beaucoup plus progressé que là où j’en étais restée. Une fois ce champ un peu déblayé j’ai pu m’intéresser au fond des sujets que ces termes nouveaux recouvraient.

J’aimerais publier un lexique à l’usage des vieilles féministes qui étaient restées sous cloche – je le ferai peut-être dans un autre billet – mais je vais me contenter aujourd’hui d’aborder le sujet qui fait beaucoup parler de lui en ce moment : le genre et son (ses) étude(s). Il n’est pas question ici de refaire les explications que d’autres que moi font bien mieux et bien plus complètement que je ne pourrais le faire. Je n’ai pas non plus l’intention d’évoquer les controverses, les hostilités et les peurs que cette question engendre. Ma seule prétention est d’exprimer, ne serait-ce que pour les poser en mots, les réflexions qui sont nées de mes lectures récentes.

À mes yeux l’intérêt de ces études n’est pas d’aboutir à des théories ou des préceptes mais de se donner la liberté de se poser des questions au-delà de ce qui nous semble aller de soi, quitte à laisser des réponses en suspends, pour plus tard ou pour jamais. C’est ce que dit très bien la baseline de « Ça fait genre » : je m’interroge, tu t’interroges, interrogez-vous.

Il y a environ un milliard de questions qu’on peut se poser une fois qu’on s’en est donné l’autorisation. Dans la continuité de mes lectures anciennes, et aussi parce que je suis la mère d’un garçon et d’une fille, celle à laquelle j’ai accédé le plus rapidement est le poids de l’éducation donnée aux petites filles et aux petits garçons, habillement et jouets inclus, dans la construction du « féminin » et du « masculin » (du… genre quoi) en fonction du sexe. Je me suis dit que ce poids était si fort, si précoce, que je ne sais même pas si on a le moyen de faire la part entre l’injonction et un éventuel naturel, s’il existe. Mon avis est qu’il n’existe pas mais en réalité (je m’interroge, tu t’interroges, interrogez-vous) nous n’avons que peu de moyens d’espérer le savoir puisque tout est fait, dès la naissance, pour qu’on sache qu’il existe une différence et qu’on se conforme à ce qui est attendu en fonction de notre sexe.

Une fois cette différence opérée par le monde extérieur[1], ça va très vite pour que l’enfant, puis l’adulte, intériorise et reproduise ce marquage pour répondre à ce qu’on attend de lui ou ce qu’il croit qu’on en attend, ce qui revient au même.

Je n’ai pas envie de faire un très long billet, je préfère en faire un autre ou plusieurs plus tard tant la matière est riche, mais je vous laisse avec cette petite vidéo. Ah en fait non, pas de vidéo parce que je ne la retrouve pas mais si quelqu’un met la main dessus… Donc je décris :

On donne à deux groupes d’enfants une feuille de papier sur laquelle figure déjà un triangle aplati noir. On demande au premier groupe de « compléter ce dessin correctement ». À l’autre groupe, on demande simplement de « compléter ce dessin ». La presque totalité des enfants du premier groupe réutilise le triangle en toit de maison. Aucun enfant ne dessine une maison dans le second groupe, qui présente des dessins très inventifs et complètement différents les uns des autres. Dans le premier groupe le maximum de couleurs utilisées est trois, dans le second groupe la moyenne est de cinq couleurs différentes. La maison est une figure de dessin très souvent utilisée dans le travail avec les jeunes enfants. Lorsqu’on leur a demandé “la bonne réponse” ils se sont conformés à ce qu’ils pensaient qu’on attendait d’eux.

Cette vidéo, vue pendant le fil de mes lectures d’études de genre, m’a beaucoup frappée. Je crois que la conformité au genre en fonction du sexe est le triangle aplati noir sur notre feuille de papier.

[Ajout du 29 juin : La vidéo : When there is a correct answer exercise in creative thinking.[2] Merci à Xave l’archiviste !

Notes

[1] Et si elle était naturelle, a minima surmultipliée par le monde extérieur.

[2] Info utile : il n’y a pas de voix off ou d’interview, aussi cette vidéo peut être comprise même si vous ne comprenez pas l’anglais ou êtes sourd.

Les jours d’avant

vendredi 22 mars 2013

Mes petites réflexions du matin sur la manif de dimanche

Faits Le temps entre la prise de décision de faire cette manif et la date fixée a laissé tout le temps nécessaire pour une mobilisation maximale. Les moyens “comm” mis en œuvre sont énormes : campagne de pub massive (coûteuse aussi, mais c’est un autre (...)

lundi 4 mars 2013

Vous n'aurez pas ma fleur

Je pense que je devais avoir un peu plus de trente ans, c’est vous dire si c’était en des temps reculés. J’avais un pote, d’une vingtaine d’années qui s’informait sans relâche sur les mouvements d’extrême-droite, lisait leur propagande, repérait leurs lieux (...)

jeudi 14 février 2013

D’une bataille remportée

Oui, Stéphane, nous avons gagné et il faut avant tout nous en réjouir, faire virevolter nos chapeaux par dessus nos têtes et lancer nos vivats joyeux par les rues et les chemins. Je te dis nous, moi l’hétérosexuelle mère de famille « naturelle », parce que (...)

samedi 2 février 2013

Tricoter à l'ère internet

Depuis quelques mois, je me suis mise à tricoter de nouveau, après une période très longue d’abstinence excepté un ou deux ouvrages au crochet dans l’intervalle. Si le tricot revêt à vos yeux une image un peu poussiéreuse de mamies-chignon aux doigts noueux, (...)

Toutes les archives de ce blog classées par date →

Séries spéciales

  • Mes petits cailloux. Un billet-caillou pour chaque année en remontant le chemin de 2006 à ma naissance.
  • Photographies. Regroupement de la sélection mensuelle de mes photos les moins moches.
  • Les jeudis de la migration. Billets d'accompagnement pour une migration en douceur de Dotclear 1 vers Dotclear 2.

Recherche

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche interne de ce blog.

Recommandé par les Kozeries

  • Radio Kastafiore. Une sélection musicale pour vous caresser les oreilles.
  • Allez-y donc. La liste de mes blogs et sites préférés (en cours !).

Confort de lecture

Décoration. – Ce blog peut être présenté de différentes façons. Si ce décor ou cette architecture de page ne vous plaisent pas, essayez les habillages Chou Hibou ou Anna Moffo ou Platée ou Noriko. Revenez à celui-ci depuis l'un d'entre eux en choisissant « Courant d’air ».

Navigation. – Comme sur la quasi totalité des sites web, on revient à l'accueil en cliquant sur le titre du blog.

Liens. – Les liens s’ouvrent par défaut dans la même page. Si vous préférez les ouvrir dans un autre onglet ou une autre fenêtre, cliquez sur la molette centrale de votre souris (Windows) ou en maintenant la touche cmd enfoncée (Mac).