Kozeries en dilettante

blog garanti sans ligne éditoriale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Billets en sablier

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 octobre 2007

Marre de ce jeu à la con

Je n’ai pas de mot. C’est rare. Mais c’est ainsi. Ma colère est au-delà des mots. Je participe encore ce soir et demain aux Billets en sablier mais après j'arrête, il est hors de question que je fasse les suivants. Ce jeu qui s'annonçait ludique et convivial révèle en fait toute la bassesse humaine.

En tête de liste, bien sûr, Samantdi, la seule dont je connaisse la véritable identité d'ailleurs. Et vazy que je te donne des amorces trop longues ou trop courtes, et en avant que je te mets des guillemets et que je te les enlève subrepticement sur le coup des 23h30 quand tout le monde est fatigué et peu apte à protester. Oh je la connais bien, allez, bientôt quarante-sept ans de gemellitude, je vois clair dans son jeu : elle cherche à me faire sortir de mes gonds et n'hésite pas au passage à pousser d'autres que moi dans le gouffre pour dissimuler que je suis la seule qu'elle cherche à atteindre. Quelqu'un d'entre vous a-t-il suivi les résultats du sablier 041007 ? Comment elle m'a rejetée de la liste en prétendant je ne sais quelle tricherie dont elle est incapable de fournir la preuve ?

Et loin d'être désarçonnée par mes protestations, elle maintient, elle appelle du renfort, elle m'appelle Mademoiselle Kozlika pour bien appuyer sur ma plaie de célibataire qui n'a toujours pas trouvé de mari à mon âge ! Elle sait être blessante et elle en use.

Et que dire des autres participants ? Hormis deux ou trois qui osent lui tenir tête (merci les amis), les autres se taisent, les autres se terrent ! « Voilà voilà, j'ai fait mon p'tit billet, j'ai été bien sage ! » Fi ! des lâches oui. Ou des aveugles, ce qui n'est guère mieux.

Non non, ma décision est ir-ré-vo-cable. Demain encore et ensuite, ça sera sans moi ! Ah mais.

(Sablier 061007.)
Edit (hey, dites !) dimanche : n'oubliez pas que c'est un jeu !

J'ai perdu le compte des jours

Je n'ai plus l'habitude de travailler en entendant des sons humains autour de moi. Ça, c'est fait. J'ai pris l'ascenseur numéro trois il y a sept semaines (je crois), le seul qui monte jusqu'au vingt-neuvième étage. Une brillante idée de l'architecte cet immeuble en forme de pyramide. D'en bas vous l'admirez. D'en haut c'est l'horreur. La vie existe-t-elle encore en bas ? Vous n'en savez rien, vous ne voyez rien que la façade sans fenêtres de l'étage inférieur.

« Votre réussite est essentielle, nous vous avons réservé la pièce la plus calme du bâtiment. » Ah ça, pour être calme, c'est calme. Je n'ai droit à aucun appareil électronique ou téléphonique, pas de lecteur mp3, pas de téléphone portable ni fixe d'ailleurs, pas d'ordinateur. Une pile de livres, des stylos, des carnets, des fiches bristol. Le lit n'est pas trop mauvais et la bouffe est correcte dans le genre déshydraté. Quand je sortirai d'ici, je fonce au Fouquet's m'éclater, ensuite je m'offirai une nuit au Ritz et quinze jours sur un yacht. Et après ça le premier qui m'emmerde je le crève.

Merde, merde, merde ! Quand je pense aux copains qui sont dans des prépas publiques, à faire la fête un soir sur deux, pourquoi mes parents sont-ils assez riches pour m'avoir collé dans cette ruineuse prépa privée ?

(Sablier 051007)

mercredi 3 octobre 2007

Sabliers d'automne

Des soucis avec le nom de domaine depuis lequel je gérais mon blog ont empêché Samantdi de publier ici les amorces d'hier et avant-hier et à moi de publier mes participations dans un billet. Du coup maintenant qu'on a commencé comme ça, le plus simple est que toute la session se déroule chez Samantdi, c'est donc chez elle que seront publiées les amorces et la liste des participants. Je reproduis ici mes deux premières participations que j'avais rédigées en temps et heure dans mes commentaires. Evidemment la surprise de ne découvrir qu'à la fin que je répondais à une consigne en est quelque peu éventée !

Lire la suite...