Kozeries en dilettante

blog garanti sans ligne éditoriale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Anna Moffo

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 12 mars 2006

The show must go on

Il y a actuellement 25 31 partants pour l'Elixir d'amour le 11 juin à l'opéra Bastille.

Si vous vouliez aller le voir avec nous (places à 20 euros) et que vous aviez oublié de vous inscrire, faites-le avant demain matin, jour d'ouverture de réservation pour les groupes par téléphone. Je ne suis pas du tout sûre que je pourrai prendre toutes les places demain mais on verra bien. Il restera toujours la solution des résas par Internet ou de la file d'attente. Et suivez les actualisations de ce billet.

(Pour mémoire : le billet de présentation.)

EDIT 14 MARS, 12H30 :

Réponse reçue par téléphone (j'ai enfin réussi à les joindre).

  1. le spectacle est complet pour les réservations de groupe, car
  2. la date d'ouverture qu'on m'avait donnée n'était pas la bonne
  3. on ne peut réserver pour les groupes que des places à partir de la catégorie à 35 euros
  4. il en reste pour les groupes mais pour les dates du 10 ou du 15 juillet (et toujours pour mini 35 euros)
  5. les résas internet sont complètes pour le 11 juin quel que soit le tarif

Alors...

On remet ça !. Ceux qui sont disponibles le 28 avril à partir de 6h30-7h (compter toute la matinée bloquée) pour aller réserver des places au guichet (2 ou 4 par personne selon le volume des demandes) seraient gentils de le faire savoir sur le wiki pour qu'on puisse juger du nombre de places que nous pouvons espérer...

Hommages à Anna Moffo

Sur les forums :

Une discographie (partie 1 et partie 2) établie par Monsieur X.__

Bribes d'Anna Moffo

2002. Première écoute, au détour d'une compilation réalisée par Frédéric à mon intention pour me faire découvrir ses extraits préférés. Je tombe amoureuse en moins de dix mesures, démesurément. C'est « Caro nome... » (Rigoletto).

J'achète l'intégrale le jour même.

Echanges avec Monsieur X., il l'a découverte et aimée bien avant moi. La tonalité de nos discussions me fait lui dire un jour que si un inconnu nous entendait il en tirerait certainement la conclusion que lui est hétéro et moi homo.

La « Bachinana brasileira n° 5 » me donne des frissons.

J'accumule tous les extraits ou intégrales que je peux trouver avec ma belle. Je me fais l'effet d'une groupie de base, le plus calamiteux cotoie le meilleur, je garde tout. Je tente quelques propositions de dons à Monsieur X., mais il a déjà tout ! C'est lui qui me conseille Luisa Miller, somptueuse.

Il faut que je lui redemande comment s'appelle ce passage des notes aiguës aux notes graves dans lesquels Moffo donne toute la mesure de sa sensualité, comme Caballe celle de sa langueur dans les pianissimi.

2004. Oui, Anna Moffo est très belle, mais ce n'est pas la raison qui m'a fait la choisir pour le thème par défaut de ce blog, n'en déplaise aux esprits raccourcis. Je n'ai d'ailleurs pas encore de cassette vidéo ou DVD avec elle, même si cela fait évidemment partie de mes futures acquisitions. Je me souviens avoir vu (grâce à Monsieur X. bien sûr !), lors d'une chouquetterie, des extraits de la version filmée de La Traviata : décor et mise en scène dignes d'une pièce montée à la crème, mais tudieu quels yeux ! quel charisme !

Au CD, le duo Germont/Violetta, s'il n'arrive pas à détrôner ma version préférée avec Cotrubas et Milnes, offre l'une des versions les plus émouvantes de cet extrait (idem pour toute l'intégrale d'ailleurs), Moffo n'a pas seulement une belle voix, elle investit également théâtralement ses rôles.

Des copains d'Operadatabase me font parvenir des mp3 grotesques ou des photos très moches. Oui, Anna Moffo a mal vieilli (et non pas vieilli tout court, Laurent ;-)) et s'est souvent rendue ridicule. J'évacue. Je ne nie pas ce qu'elle est devenue, peut-être même en suis-je attendrie. Il est très difficile de perdre un don, sans doute, et je conçois qu'on se raccroche à sa gloire jusqu'à ne plus se rendre compte qu'on s'est perdu sur les trottoirs du boulevard du Crépuscule.

Sa Lucia di Lammermoor est poignante de neurasthénie, dès le départ. Lucia meurt de tristesse plus encore que de folie.

En marge des films d'opéra, elle a tourné dans des films assez improbables comme Ménage à l'italienne (avec Dalida et Ugo Tognazzi), vaguement érotiques comme Una Storia d'amore ou la Ragazze di nome Giulio et autres curiosités (filmographie).

Parfois, je suis insupportablement prosélyte ; peu de gens passant par chez moi auront été épargnés d'un quart d'heure Moffo. Je mets aussi des extraits sur mon blog, la contagion gagne le Roncier et David, même pas honte :)

10 mars 2006. Ruffo m'annonce par mail le décès d'Anna Moffo. Je suis inexplicablement saisie de chagrin. Inexplicablement, dis-je car je ne connaissais pratiquement rien de la personne Anna Moffo (je pense par comparaison à Simone Signoret par exemple, à laquelle je m'étais attachée tant pour « son œuvre » que pour ce qu'elle était) et qu'il n'y avait à attendre aucun nouvel enregistrement, aucune apparition sur scène. Je suis en deuil d'une voix que je peux pourtant entendre en allumant ma chaîne, comme je l'ai fait de son vivant. Elle m'a tant donné.

Et je pense à Monsieur X., qui doit être bien triste lui aussi.

vendredi 10 mars 2006

Adieu Anna

les yeux d'anna

Lire la suite...

samedi 1 janvier 2005

Nos voix d'Eros

Vous vous en souvenez peut-être, alors que j'avais rédigé un billet sur l'effet que produit sur mes sens la voix d'Anna Moffo, nous avions évoqué la possibilité de réunir nos « voix d'Eros » dans une radio. Je relance le projet aujourd'hui et vous invite à nous les faire connaître et en partager l'écoute.

Pour participer :

  • Rédiger un billet chez vous ou un commentaire ici justifiant votre choix.
  • Penser à préciser le nom de la piste que vous souhaitez ajouter.
  • Veiller à laisser votre email dans le champ prévu à cet effet pour que je puisse vous contacter si je n'ai pas cette piste chez moi.

Pour afficher la radio chez vous :
Copiez ce lien dans votre page source sous la forme suivante :

<p><a href="javascript:void(window.open('http://kozlika.free.fr/eros.radio/index.php?autoplay=no','radioblog','directories=no,height=337,width=220,location=no,menubar=no,resizable=no,scrollbars=no,status=no'))">Nos voix d'eros</a></p>

Pour l'écouter ici, rendez-vous dans le sidebar, à côté de mon juke-box.

(Envoi : Julien, Zeubeubeu, Pep, Zvezdo, David, (ST,) vous avez donné les noms, j'attends les pistes !)

Lire la suite...

dimanche 7 novembre 2004

Anna Moffo, la voix d'Eros

(Un billet à lire bien sûr dans ce décor-là.)

Si j'aime aussi les voix d'hommes à l'opéra, ma véritable passion va aux voix de femmes. Cette passion prend des formes diverses. Rester suspendue au souffle inépuisable des pianissimi de Montserrat Caballé dans une apnée quasi-mystique ; vivre, jouir, souffrir avec elle, en un mot être Maria Callas ; toucher le ciel et ses anges, perdre le sens du réel avec Natalie Dessay...

Lire la suite...