Kozeries en dilettante

blog garanti sans ligne éditoriale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - opéra:Rigoletto

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 26 février 2006

Un Rigoletto mieux que bien

On pourrait faire ça tous les dimanches. TarValanion débarquerait avec les confits en bocaux faits maison, on sortirait braver le froid et la pluie neigeuse avec David et lui pour aller au marché acheter des pommes de terre à faire rissoler avec lesdits confits et des gâteaux pour le dessert. On rentrerait à la maison et TarValanion enfilerait le joli petit tablier multicolore pour nous régaler d'un excellent repas à blurps satisfaits suivi d'un petit café bavard.

Ensuite on prendrait le métro avec Fûûlion qui entre-temps aurait fini ses devoirs sur un coin de la table de la cuisine et on irait rejoindre la petite bande de blogueurs (une très grosse vingtaine quand même) curieux de voir un opéra en vrai, dont certains avaient déjà il y a quelques semaines affronté l'attente glaciale des guichets de la Bastille pour réunir le nombre de places suffisant.

Certains se seraient mis sur leur trente-et-un et d'autres seraient venus en jean et ça serait très bien comme ça. On découvrirait la tête d'inconnus croisés par écrit et on retrouverait des qui ne donnent plus que bien (trop) rarement de leurs nouvelles. Plus inconnus encore mais aussi sympathiques à découvrir, des ami(e)s des uns et des autres.

On ferait la distribution des places, des sous, on s'inquiéterait un peu qu'Oli ne soit pas déjà arrivé avec les billets de Matoo et Yves, mais on se serait inquiétés pour rien puisqu'il arriverait tout à fait à l'heure. Aurèle n'aurait pas compris/lu qu'on se retrouvait à l'intérieur mais il aurait eu la bonne idée de noter mon numéro de téléphone avant de partir. Yves m'aurait juste en face de lui dans son champ de vision mais répéterait inlassablement dans son combiné : « Mais t'es où ? » On trouverait une petite mine à Gilda (la nôtre, pas celle de Verdi) mais on serait bien contente qu'elle ait trouvé la force de venir.

Mais la sonnerie annonçant le début imminent du spectacle retentirait et on se disperserait qui au premier qui au deuxième balcon qui en galerie et même certains au parterre avec un rendez-vous à l'entracte. Puis le noir se ferait, on nous enjoindrait d'éteindre nos téléphones portables, on nous annoncerait que Laura Claycomb, Gilda (celle de Verdi cette fois) est légèrement souffrante (aarghl)[1] et le chef entrerait dans la fosse.

Alors là on prendrait vraiment peur. On trouverait l'ouverture indigne de Monsieur Verdi, d'une mollesse à endormir un geek libre devant une féministe, sans aucun des éléments qui nous font aimer Verdi, pas de lyrisme (pensée émue pour un joli bloug fight), pas de dynamisme, des attaques brouillonnes un tempo lent, mais lent... Et discrètement on compterait ses abattis en prévision des commentaires à l'entracte, surtout que ceux-là on ne peut pas les fermer.

Puis la première scène nous prouverait s'il en était besoin que la mention « Jérôme Savary » en face de « mise scène » ne faisait pas référence à un homonyme mais bien au bof-bof directeur de l'Opéra-Comique : strass et paillettes, acrobates alternant avec ... rien, du vide, des minutes entières qu'il n'a pas su combler où les acteurs et chanteurs errent sur la scène sans qu'on comprenne bien (ni eux sûrement non plus d'ailleurs) ce qu'ils sont censés faire là. Enfin du Savary quoi.

Le duc de Mantoue entrerait sur scène et on se dirait qu'il serait tout à fait potable. Pas foudroyant mais honnête, doté d'une bonne projection et d'un timbre pas désagréable. Rigoletto interviendrait alors pour la première fois et on se redresserait dans son fauteuil : tiens tiens, pas mal, pas mal du tout ce Andrzej Dobber ! Ah zut, privés de la belle colère du comte de Ceprano, sa malédiction ne ferait pas peur à grand monde, le chef donnerait alors un peu plus d'allant à l'orchestre pour compenser le manque de vigueur du chanteur (bon choix du chef pour le coup, faut bien que ça tonne quelque part).

Oh, mais ah ! Sparafucile (Ain Anger) tiendrait la route dis donc. Ah oui, tout à fait bien même, tant mieux pour la scène de l'orage du dernier acte.

Et puis ça serait l'entrée en scène de Gilda. On aurait écouté auparavant sur son site les extraits de Rigoletto et on aurait gardé le souvenir d'une voix de cocotte un chouïa chevrottante alors on ne se serait attendu à rien de bien terrible. Et on aurait eu tort. Soit qu'elle aurait progressé, soit que les enregistrements sur son site ne lui auraient pas rendu justice ou bien encore que la légère indisposition annoncée avant le début du spectacle lui ait profité, toujours est-il qu'on trouverait qu'elle assure tout à fait bien son rôle, tant scéniquement que vocalement. Oui je crois qu'à ce moment-là on se détendrait tout à fait en songeant que ça va peut-être bien leur plaire.

Et Rigoletto-Dobber aurait continué de nous épater, bon chanteur, très bon comédien, bonne grosse voix paternelle avec ce qu'il faut de mordant à un fou du roi.

Puis les méchants viendraient enlever Gilda (celle de Verdi) et on irait retrouver Gilda (la nôtre) et les autres au point convenu, avec détour fumant sur le parvis bastillien en compagnie de Pascal, Aurèle et Marie. On serait alors rassuré que tout le monde ait l'air satisfait de cette première partie. Ou en tout cas qu'on leur fasse suffisamment peur pour qu'ils n'osent pas dire le contraire. Certains auraient assez de bonté pour répondre plusieurs fois à la même question (« Alors, tu aimes ? ») sans relever la répétition.

Après, ça serait de mieux en mieux. Forcément puisque notre nouveau chouchou chanterait de plus en plus. Impeccable et émouvant Cortigianni, duo à tirer des larmes pour Tutte le feste, vas-y papa-rigo, tiens au fait, on se dirait qu'elle est peut-être tirée vers le haut par le bonhomme la Gilda (celle de Claycomb). On ne s'énerverait pas trop contre la pauvre Maddalena (Dagmar Pecková), si ça se trouve elle a une jolie voix mais comment savoir si on ne l'entend pas. Du coup le quatuor « Bella Figlia dell'amore » prendrait des allures de trio mais au moins on tiendrait la preuve que Bastille n'est pas sonorisée. Ou alors le régisseur son aurait un compte à régler avec cette femme.

Pof pof, tempête, Gilda (celle de Rigoletto) poignardée, sac, fleuve, tout nickel chrome (on se souviendrait qu'on met un sacré bout de temps à rendre son dernier souffle à l'opéra, même trucidée et jetée dans un sac elle a encore plein de trucs à dire à son père la môme.)

Bravo, bravo ! Sont un peu radins avec nos applaudissements le dimanche à Bastille : seuls les solistes et le chef d'orchestre viendraient saluer devant le rideau tandis que les musiciens comme à l'habitude sitôt le salut fait se carapateraient dans les coulisses, le service est fini hého, faut pas déconner. M. le Maudit et moi on essaierait de déclencher une hola pour Dobber mais on ne serait pas encore bien rôdés. On regarderait si Vroumette aurait comme promis allumé son briquet mais on ne verrait rien.

Et après on serait allés, après bien des errances (et quoique abandonnés par une Vroumette en préparation d'examen, Oli et son homme) pour trouver un lieu qui puisse tous nous accueillir, à l'Industrie pour nous abreuver de chocolat chaud, de Leffe et pour certains de pâtisseries.

On parlerait de tout et de rien, surtout de rien, tout contents d'être là ensemble, avant de rentrer dans nos maisons chacun-z-a-nous et de se dire qu'on la referait bien.

Pour l'Elixir d'amour ?


Eux aussi ils racontent : Shaggoo, Matoo, Chondre, Joël, MleMaudit.

Notes

[1] Ça doit être la maledizione.

jeudi 23 février 2006

A lire avant le spectacle...

Alors, c’est un bossu, appelons-le Victor puisqu’on nage en plein soap de toute façon, plutôt vil et lèche-cul qui est le bouffon à la cour du Duc de Mantoue, un beau gosse dont le passe-temps favori est de dépuceler de la catholique, qu’elle soit consentente ou non (ça sert à quoi sinon d’être duc hein ?) Victor a une fille, Gilda, aka. Nikki. Nikki est jeune et pure. Et conne comme ses pieds. Forcément, Victor l’a enfermée comme une pauvresse et elle n’a le droit de sortir que pour aller prier, c’est pas avec ça que la pauvre fille va connaître les choses de la laïfe. Heureusement, le librettiste se charge de mettre le queutard de service sur son chemin 20 minutes de lyrisme plus tard. Les libidineux respirent, elle mourra pas vierge !

[...] La suite chez Juju

mercredi 22 février 2006

Et maintenant, place aux machos !

Les hommes

Le duc de Mantoue (ténor) : consomme une femme à chaque petit-déjeuner, séduit et abandonne les consentantes, viole les autres.

Rigoletto (baryton) : enferme sa fille dans la maison en compagnie d'une duègne chargée de verrouiller la gamine. Ne la laisse sortir que pour aller à l'église, lui cache son histoire familiale. Du moment que ce n'est pas sa fille, prêt à servir de complice servile aux visées consuméristes de son patron.

Sparafucile (basse) : spadassin, outre qu'il tue sur commande (mais ça n'est pas strictement une prérogative machiste), prostitue sa sœur pour appâter sa victime.

Les femmes

Gilda (soprano) : totalement soumise à son père, accepte sans regimber son autorité, n'y dérogeant que pour se mettre sous la coupe d'un autre homme. Bécassine incapable de voir qu'on la roule dans la farine, amoureuse de son violeur, donne finalement sa vie pour lui.

La duègne, Giovanna (mezzo-soprano) : fourbe, comme toutes les femmes, l'appât du gain lui fera trahir son employeur et livrer la jeune innocente à son ravisseur.

Maddalena (contralto) : fait la pute pour le frangin puis telle une pauvre cloche se pâme pour un mâle qui la flatte.

Terzetto; È amabile in vero cotal giovinotto!

Ecoutez-les. Acte III, fin de la scène 5 et scène 6. Maddalena, Sparafucile, Gilda.

Ecoute 1

Ecoute 2

Ecoute 3

Ecoute 4

Wééééééé ! c'est dimanche \o/ \o/ \o/

mardi 31 janvier 2006

Rigoletto (6)

Attention, voici venu le temps de la deuxième série d'écoutes comparées. Vous avez su déceler les versions recommandables de l'œuvre parmi un petit panel où il faut bien l'avouer la concurrence n'était pas si rude. Mais je voulais vous faire la preuve qu'on n'a pas besoin d'écouter vingt opéras par mois pour « savoir » écouter.

Maintenant, je vous propose d'entendre des versions qui ont toutes leurs afficionados et leurs détracteurs. J'ai pu réunir cette collection grâce à quelques-uns d'entre vous et mes copains de chouquetterie qui samedi m'en donneront d'autres. Je les ajouterai samedi ou dimanche avec également Scotto, Moffo et Callas, que nous avons déjà entendues dans « Tutte le feste ».

Pas de « bon » ou « pas bon » a priori ici, seulement du « j'aime » / « j'aime pas », mais attention, va falloir comme pour le précédent développer vos impressions avec les raisons qui vous font préférer celle-ci plutôt que celle-là !

On écoute quoi alors ?

On écoute la première partie du premier duo père/fille de l'opéra.[1] Pour Gilda c'est son entrée en scène. Nous sommes à l'acte I, scène 9. Rigoletto vient de quitter la fête du duc de Mantoue[2], au cours de laquelle le conte Monterone était venu crier vengeance pour l'honneur perdu de sa fille. Rigoletto avait tourné l'homme en dérision avec cruauté, tandis que la galerie se gaussait à qui mieux-mieux, et l'homme était reparti en jetant une malédiction. Rigoletto simule l'indifférence mais une angoisse sourde commence à le saisir - il se rappelle probablement qu'il a une fille lui aussi. Juste avant de retrouver Gilda, un spadassin, Sparafucile, lui propose ses services et bien que Rigoletto l'envoie paître il prend quand même sa carte de visite (c'est une imaaaaage).

Hop ! le duo donc. Papa poule interdit à sa fille de sortir, Gilda lui assure qu'elle ne sort que pour aller à l'église. Elle ne ment pas vraiment d'ailleurs, elle « oublie » juste de lui dire qu'à l'église elle croise un certain jeune homme, un étudiant pense-t-elle, dont elle ne connaît pas encore le nom... Elle essaie aussi de savoir qui était sa mère, mais comme d'habitude Rigoletto ne lui répond pas, déclarant que l'évoquer est une douleur trop vive. (Cliquez ici pour afficher l'extrait du livret.)

Au fait ! Au fait !

Voilà, voilà, j'y viens.

Ecoute 1

Ecoute 2

Ecoute 3

Ecoute 4

Ecoute 5

Z'en pensez quoi ?

N'hésitez pas à dire laquelle vous avez préférée et pourquoi (timbre, interprétation, orchestre, tout ce qui vous passe par la tête). Ou pourquoi vous n'aimez pas telle autre.

Si je n'ai pas mis le nom des interprètes, ce n'est pas pour jouer aux devinettes, c'est pour ne pas être influencés par la réputation de tel ou tel. Si vous les reconnaissez merci de n'en rien dire pour l'instant. J'ajouterai ces infos d'ici quelques jours.

Notes

[1] Les pistes n'ont pas toujours le même découpage. A la fin de cette partie, dont je donne l'extrait du livret, Rigoletto très inquiet appelle la gouvernante pour lui intimer de veiller avec la plus grande vigilance sur sa fille, duo gouvernante/Rigoletto (bouh la menteuse !), puis deuxième partie du duo Rigoletto/Gilda.

[2] L'une des mises en scène assez trash de cet opéra en fait carrément une partouze, j'ai le DVD pour ceux que ça intéresse ;-)

samedi 28 janvier 2006

Rigoletto, préparation de la prochaine écoute comparée

S'il y en a parmi vous qui disposent de version(s) du duo Gilda/Rigoletto « Figlia... mio padre », merci de me les faire parvenir (genre tout de suite maintenant ou pas trop tard) pour que je prépare la prochaine écoute comparée :)

dimanche 22 janvier 2006

Six sopranos, six Gilda, vous êtes experts

Elles étaient six sopranos offertes à l'écoute pour le même air de « Tutte le feste ». Pour que ceux qui débarquent maintenant puissent comparer « en aveugle » les différentes interprétations (il est encore temps de faire part de vos impressions), je révèle leurs noms dans la deuxième partie de ce billet, accessible via le lien Lire la suite ci-dessous. Et pour ceux qui lisent ce billet via leur lecteur RSS, fermez vite cet agréateur ;-)

Lire la suite...

jeudi 19 janvier 2006

N'oubliez pas Gilda ! - Rigoletto (5)

J'ai ajouté deux pistes à l'écoute comparée de « Tutte le feste », je vous livrerai ce soir ou demain matin le nom des interprètes au pied du billet en question et vous proposerai une autre écoute comparée.

(Avis de L'Education Nationale : pour public averti seulement. L'une des interprètes est notoirement érotique.)

samedi 14 janvier 2006

Rigoletto (4)

Un trésor. Je viens de trouver chez Karl LE résumé de Rigoletto :

L'histoire est un peu compliquée, mais cela vaut bien un bon film policier. Il y a du sexe, de l'action, du sang, et du suspens. Tout démarre sur un bouffon qui amuse la galerie chez un bourge de la ville. Quand il rentre le soir avec le RER, c'est pour retrouver sa meuf. Des copains bourges, mais un peu moins bourges et très jaloux, supportent pas l'humour au vitriol du bouffon. Ils décident donc de lui chipper sa meuf. [suite]

Du nanan !

- page 1 de 2