Kozeries en dilettante

blog garanti sans ligne éditoriale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - une petite place chez moi

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 3 janvier 2006

Un cri pour l'Arctique - par Moukmouk

Pris dans la tourmente de la Conférence sur les changements climatiques, j'ai peur. Il y a 10 ans je me battais pour mes petits-enfants, il y a 5 ans c'était pour mes enfants, maintenant je sais que pour moi il est trop tard. Le Nord tel que je l'ai aimé n'existe plus. Nous avons tous tenté de diminuer notre sonsommation d'énergie. Malheureusement cela ne suffira plus. Il faut aller au niveau politique.

Encore un cri. Je crie tellement souvent que cela risque de ne plus être entendu, mais pourtant je pense que c'est absolument nécessaire de parler. La récente vague de froid en Europe, n'est pas un incident climatique ordinaire, la baisse rapide du débit du Golf stream qui en est la cause. J'espère qu'on le dira haut et fort.

Lire la suite...

mercredi 3 novembre 2004

Devine qui vient bloguer ce soir ?

Edit du 12 novembre : le site du Roncier est réparé, vous pouvez maintenant suivre les liens ci-dessous.

Nous aimons tous les deux Anna Moffo. C'est ainsi que nous avons fait connaissance. Plus tard nous avons partagé des histoires de crêpières et nous leur avons déclaré la guerre, guerre dont l'un des hauts faits fut l'Opération Kawai. Mais la riposte des machines à crêpes fut terrible : son site a été hacké. Qu'importe, nous avons des munitions, qu'on se le dise ! (Pfiou ! Ça en fait des liens à copier coller...)

Ce soir j'ai invité le roncier à bloguer chez moi.

La messe buissonnière

Je n’ai pas été à la messe. Je suis descendu par le petit chemin qui menait à son verger, celui avec la cabane que j’aimais tant. Je me souviens des arbres collants de sève et des fruits mûrs que ma mère cueillait pour faire des confitures, je me souviens de nous, protégés par ces murets de pierre, au cœur de l’été. Je me souviens des cheveux de Denise, tellement longs, trop longs pour une vieille dame, et de son secret, murmuré dans la cuisine de sa maison de Brezolles : Je les lave à l’eau de pluie. Je me souviens des nids d’hirondelles dans le cellier au fond du jardin et de son rouge-gorge apprivoisé qui est revenu trois étés.

Lire la suite...